Entrevue
Source : À bâbord!

Avortement : faire face aux obstacles qui subsistent

Les Passeuses proposent des formations et du soutien pour améliorer l’accès à une interruption de grossesse respectueuse et sécuritaire.

Afin de répondre aux difficultés d’accès aux services en santé sexuelle, particulièrement pour l’avortement, le programme les Passeuses mise sur l’éducation pour développer l’autonomie corporelle des femmes. Entrevue avec Marie-Eve Blanchard, cofondatrice.

Qu’est-ce qui a mené à la création des Passeuses ?

C’est un besoin d’agir ! À la suite d’expériences personnelles et professionnelles, ma collègue Mélina Castonguay, qui est sage-femme, et moi-même avions l’impression que les soins en avortement avaient été laissés dans l’oubli, comme si à force de nous battre collectivement pour le droit à l’avortement, nous avions perdu de vue l’expérience des personnes qui se trouvent au cœur de ce processus médical. Nous nous sommes demandé : les personnes qui ont recours à l’avortement, les entendons-nous ? Les espaces de prise de parole étant rares, il nous fallait aller vers elleux.

Lorsqu’on s’intéresse aux femmes et aux personnes qui ont interrompu une grossesse et qu’on leur pose des questions concernant les soins reçus, une extrême solitude se dégage de leurs récits.

Comment se fait-il que nous avortions encore seul·es aujourd’hui ? Comment se fait-il que le tabou et la honte se fraient un chemin jusqu’à l’intérieur des murs où ont lieu les avortements ?

Sans surprise, il y a des lacunes structurelles, organisationnelles, systémiques, culturelles, etc. Ça peut donner le vertige ! Pour le dire simplement, des notions qui gagnent de plus en plus de terrain dans le domaine de l’accouchement mériteraient d’être davantage intégrées en avortement. On peut penser au droit d’être accompagné·e dans la salle d’intervention par un·e proche, ou encore au principe de choix éclairé, le fait de prendre une décision en ayant reçu des explications complètes relatives aux interventions ou aux actes médicaux proposés.

Quelles sont vos activités en lien avec l’accès à l’interruption de grossesse ?

Notre mission est de déconstruire les préjugés et de démocratiser les informations qui concernent autant le droit à l’avortement que les méthodes et leur déroulement. Nous nous y prenons en formant des professionnel·les de divers horizons en vue de l’accompagnement à l’interruption de grossesse (IG). Nous dirigeons ensuite les femmes et les personnes enceintes qui font appel à ce service d’accompagnement vers les doulas (ou accompagnant·es) que nous avons certifié·es.

Qu’est-ce qui distingue les régions éloignées des centres urbains lorsqu’il est question d’accès à l’IG?

Lorsqu’on consulte la carte interactive des quelque 50 points de services en avortement au Québec sur le site internet de la Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN), on s’aperçoit qu’ils sont concentrés en très grande majorité dans le sud de la province. Au Québec, on se félicite du nombre de points d’accès qui existent : à elle seule, la province offre la moitié de tous les services d’avortement du pays. Mais ces services, sont-ils accessibles à tous·tes ? Non. Des régions entières ne sont pas desservies !

Et parmi les services disponibles, plusieurs offrent l’avortement une ou deux journées par semaine seulement. Un processus d’avortement demande habituellement de deux à cinq rendez-vous et le délai d’attente pour obtenir le premier varie d’une à trois semaines, selon les périodes de l’année et les cliniques.

Le processus d’obtention d’un service d’avortement m’apparaît plus compliqué en région qu’à Montréal, Québec ou Sherbrooke.

Rappelons qu’environ 40 % des personnes qui demandent un service d’avortement ont déjà au moins un enfant. Celles-ci pourraient avoir à réorganiser le retour à l’école de leur enfant, avoir à préparer en plus des collations ou repas, etc. Ça complexifie significativement l’accès.

Un autre écueil observé – soulevé dans un rapport de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) –, c’est le manque de formation des professionnel·les de la santé et des services sociaux qui travaillent dans d’autres secteurs que celui de l’interruption de grossesse, mais qui doivent par exemple diriger des personnes enceintes vers des ressources spécialisées ou donner des informations concernant les services d’avortement de leur région.

À cause d’un manque de connaissances, il arrive que des informations fausses ou erronées soient transmises. Cela peut entraîner de graves conséquences, par exemple en prolongeant inutilement le délai pour obtenir une interruption de grossesse ou, pire, en dirigeant sans le savoir la personne vers une ressource anti-choix.

Au Canada, l’avortement est un droit du premier au troisième trimestre de grossesse. Au Québec, nous nous sommes organisé·es pour garantir ces soins durant toute la grossesse. Avec les Passeuses, nous avons formé des infirmières qui étaient étonnées d’apprendre qu’il n’y avait aucune limite quant au nombre de semaines de grossesse pour avorter. Elles ne l’avaient jamais appris !

Les informations sont connues par celleux qui travaillent en avortement et en défense du droit à l’avortement ou par les universitaires qui s’intéressent au sujet.

Quelles seraient les solutions pour améliorer l’accès à l’avortement?

Il faudrait que le Québec déploie à la grandeur de son territoire l’accès au soin d’avortement médicamenteux, aussi connu sous le nom de « pilule abortive », mais le déploiement de cette méthode, autorisée par Santé Canada, est freiné par le Collège des médecins du Québec qui impose ses règles.

Mise à jour : Le 14 juillet, le Collège a levé toutes ses restrictions limitant l’accès à la pilule abortive.

Au Canada, pendant la pandémie, des consultations médicales se sont faites par télémédecine plutôt qu’en cabinet. L’avortement n’a pas échappé à cette réorganisation, fort heureusement !

Or, une étude réalisée par des chercheuses de l’Université de la Colombie-Britannique a révélé qu’au cours des deux dernières années, l’accès à l’avortement a augmenté partout au Canada, sauf au Québec. L’étude pointe du doigt le Collège des médecins, qui n’a pas daigné revoir ses règles pendant la pandémie, ce qui aurait été nécessaire pour permettre l’avortement médicamenteux prescrit par télémédecine.

Des données probantes nombreuses et récentes attestent de la sécurité et de l’efficacité de la pilule abortive lorsqu’elle est offerte par télémédecine. Des provinces canadiennes le font, ainsi que d’autres pays comme la France, l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Ce qui ressort d’études portant sur la pilule abortive, c’est que cette méthode accroît l’accès à l’avortement et réduit le délai d’attente pour obtenir le service. Les grossesses sont interrompues plus précocement.

Alors que le Québec se targue d’être la province championne en matière d’accessibilité, là, on est en train de manquer un gros bateau.

Les règles qui freinent ce déploiement et qui sont maintenues en place par le Collège des médecins ne s’appuient sur aucune donnée probante. Plusieurs expert·es dénoncent ça. Ces règles seraient-elles idéologiques ? J’en ai bien peur.

L’écart d’accès à l’avortement entre les diverses régions du Québec creuse les inégalités entre les personnes enceintes elles-mêmes. Le Collège des médecins a un fort rôle à jouer. En maintenant son statu quo, il prive un grand nombre de personnes d’une option qui pourrait venir diminuer les embûches dans leur parcours d’interruption de grossesse. C’est du paternalisme médical !

Ce texte est d’abord paru dans le dernier numéro de la revue À bâbord!.