Enquête

Québec Nouvelles : un média sous influence

Le média entretient des liens avec le parti d’Éric Duhaime et des groupes de pression proches de l’industrie pétrolière albertaine.

· ·

Le média en ligne Québec Nouvelles est lié à des personnes proches du Parti conservateur du Québec (PCQ) et à des lobbies pro-pétrole albertains. Étrangement, après que Pivot ait posé des questions, des preuves de ces liens ont commencé à disparaître du Web. Enfin, presque.

Québec Nouvelles affirme être différent des autres médias. Contrairement à ceux qui « exigent l’argent des contribuables sous la forme de subventions, taxes et autres mesures forcées », cette « alternative médiatique indépendante » ne survit que grâce aux dons de son lectorat, selon ce que l’on peut lire sur le site. Le média devrait cette survie au fait de « parler au peuple et défendre le peuple contre la corruption politique et le mensonge de certaines élites ». Mais les articles disparus suggèrent une histoire un peu différente.

Le site d’information et d’opinion Québec Nouvelles a été lancé à l’automne 2019. Au printemps 2020, un site d’information similaire, mais publié en anglais, The Westphalian Times, a vu le jour. En surface, à part la ligne éditoriale, les liens entre ces publications ne sont pas explicites. Toutefois, la page de dons de ces sites respectifs nous apprend que les deux entités sont en fait liées à une entreprise unique du nom de Dominion Média, qui entretient des liens avec le PCQ et les lobbies pro-pétrole.

Tissé serré avec le Parti conservateur du Québec

Des titres comme « J’appuie Éric Duhaime, le seul politicien qui peut sauver le Québec » laissent peu de doutes sur la ligne éditoriale de Québec Nouvelles. En fait, le contenu du site montre que le média entretient des liens privilégiés avec Duhaime et son parti.

Ainsi, le 22 novembre 2020, ce média a obtenu en exclusivité le logo que l’ex-animateur de radio allait dévoiler lors du lancement de sa campagne à la chefferie du Parti conservateur.

Plus récemment, Québec Nouvelles a publié un article annonçant en avance les résultats d’un sondage Mainstreet sur les intentions de vote au Québec, avant même que ces résultats ne soient dévoilés par Ressources Utica, l’entreprise d’exploitation pétrolière et gazière qui l’avait commandée. Les résultats avaient aussi été transmis en primeur au PCQ, ce qui avait soulevé des questions quant à la possibilité d’une entorse aux règles encadrant les dons aux partis politiques. 

Nous avons demandé à Québec Nouvelles qui, de Ressources Utica ou du PCQ, avait fourni le sondage au média, mais nous n’avons pas eu de réponse. Étrangement, le lendemain de notre tentative d’obtenir des éclaircissements, l’article en question avait disparu. On peut toutefois en consulter une version archivée.

L’article rapportant les résultats du sondage Mainstreet a été retiré du site.

Par ailleurs, le registre des entreprises indique que Samuel Racine est l’un des administrateurs de l’entreprise Dominion Média, qui détient Québec Nouvelles et The Westphalian Time. Il publie sous le pseudonyme Samuel Rz pour ces deux médias. Son profil LinkedIn nous apprend qu’il a été président de l’association de campus du Parti conservateur du Canada à l’Université de Montréal.

Samuel Racine, sous son pseudo Sam Rz, est aussi modérateur du groupe Facebook « Appuyons Éric Duhaime, chef du PCQ ». Ce groupe semble avoir la caution du Parti, puisqu’on y retrouve comme administrateurs et modérateurs des figures du PCQ comme Fred Têtu (ami et biographe d’Éric Duhaime), Donald Gagnon (vice-président national du PCQ), André Valiquette (président de la commission politique du PCQ) et Raffael Cavaliere (directeur exécutif du PCQ).

Des liens avec le groupe de pression Québec Fier

Un autre administrateur du groupe Facebook « Appuyons Éric Duhaime » est Nicolas Gagnon. Celui-ci est aussi l’un des auteurs actifs sur le site de Québec Nouvelles, et également l’un des responsables du groupe de pression Québec Fier.

Dans un rapport remis par Québec Fier à Élections Canada dans le cadre des élections fédérales de 2019, on apprend aussi que Samuel Racine a été payé par Québec Fier. Son nom ne figure pas dans la liste des dépenses soumises par l’organisme pour les élections de 2021.

Québec Fier est un groupe de pression faisant partie d’un écosystème de groupes similaires rassemblés au sein du réseau Canada Strong and Proud. Nicolas Gagnon est également administrateur des organismes Proudly New Brunswick, West Coast Proud, NS Proud et Québec Fier. Ce réseau milite principalement pour le développement de l’industrie fossile au Canada.

Québec Fier a été cofondé par Maxime Hupé, ancien directeur des communications de Maxime Bernier. Selon un reportage du Huffington Post, Éric Duhaime a offert ses conseils à Jean Philippe Fournier, l’un des anciens animateurs de la page Facebook de Québec Fier. Fournier a lui-même été candidat pour le Parti conservateur du Canada et le PCQ. Il n’entretient plus de lien avec Québec Fier.

Lors des élections fédérales de 2019, Québec Fier a reçu 45 000 $ de la part du Manning Center for Building Democracy, un groupe de défense d’intérêts conservateur qui a récemment été renommé Canada Strong and Free Network. Cet organisme a aussi versé 240 500 $ au réseau Canada Strong and Proud.

Lors des élections fédérales de 2021, Québec Fier a reçu près de 93 000 $ de la part de Canada Strong and Proud et près de 2500 $ du Modern Miracle Network, un organisme de défense des combustibles fossiles.

Nous avons demandé à Québec Nouvelles si le média recevait de l’argent du Modern Miracle Network, du Canada Strong and Free Network ou de l’industrie pétrolière. Pour toute réponse, les textes d’un certain Michael Binnion ont disparu, sans explication, du site de Québec Nouvelles. Heureusement, des versions archivées sont toujours disponibles.

Michael Binnion et l’influence du pétrole albertain

Le premier avril dernier, une lettre ouverte publiée par The Westphalian Times défendait « l’impératif moral » d’exploiter les hydrocarbures canadiens dans le contexte de la guerre en Ukraine. L’auteur de cette lettre est Michael Binnion, un homme d’affaires albertain. Le 4 avril, Québec Nouvelles publiait une traduction de cette lettre, mais sans en nommer l’auteur.

Michael Binnion est le PDG de Questerre, une entreprise d’exploitation pétrolière et gazière albertaine ayant des intérêts dans la vallée du Saint-Laurent.

Ce petit détail n’est pas mentionné par The Westphalian Times ni par Québec Nouvelles. M. Binnion a été le président de l’Association pétrolière et gazière du Québec.

Il est aussi membre du conseil d’administration du Canada Strong and Free Network (auparavant Manning Center) et le fondateur du Modern Miracle Network.

En 2019, le Globe and Mail dévoilait que des politiciens conservateurs et des dirigeants d’entreprises pétrolières s’étaient rencontrés suite à l’invitation du Modern Miracle Network. Le but de la réunion : trouver des stratégies pour défaire le gouvernement de Justin Trudeau.

Québec Nouvelles affirme sans rire qu’alors que « plusieurs médias québécois ont abandonné l’impartialité au nom de l’idéologie, [il] offre de l’information de qualité ». Cette déclaration serait beaucoup plus facile à prendre au sérieux si les liens politiques et financiers de Québec Nouvelles étaient assumés et si des textes ne disparaissaient pas à la première question posée par un journaliste.