Images : Dimitriy Anikin | PCQ | Montage : Pivot
Nouvelle

Éric Duhaime a-t-il profité d’un soutien illégal de l’industrie pétrolière?

Le chef conservateur a admis avoir profité d’informations privilégiées provenant d’un sondage payé par une pétrolière québécoise.

·

Éric Duhaime a bénéficié en primeur des résultats d’une enquête commandée par la pétrolière Ressources Utica. L’entreprise elle-même pourrait être derrière cette fuite d’information, ce qui constituerait une contribution politique illégale.

C’est Québec solidaire (QS) qui a alerté le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) en déposant une plainte mercredi. Pivot a pu consulter celle-ci.

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a obtenu et diffusé, avant qu’ils ne soient rendus publics, les résultats d’un sondage réalisé par la firme Mainstreet pour le compte de Ressources Utica, une entreprise pétrolière et gazière québécoise.

La manière dont le chef conservateur a obtenu ces informations demeure incertaine. Mais dans sa plainte auprès du DGEQ, Québec solidaire souligne qu’un lien privilégié entre le PCQ et Utica est l’hypothèse la plus probable. « Au regard des informations [disponibles], il nous apparaît évident que Ressources Utica a transféré les résultats de son sondage au Parti conservateur du Québec et à Éric Duhaime plusieurs jours avant de rendre les résultats publics. Ceux-ci ont donc pu profiter des données collectées par Mainstreet Research et payées par Ressources Utica », écrit QS.

Le sondage présentait des informations avantageuses pour le PCQ, le plaçant deuxième dans les intentions de vote. Elle recensait aussi les opinions des Québécois·es concernant l’exploitation des énergies fossiles, à laquelle Duhaime est favorable.

Ce n’est qu’à 11 heures le lundi 21 mars que Ressources Utica a diffusé le sondage détaillé, tandis que Mainstreet avait partagé un résumé un peu avant 10 heures. Or, Éric Duhaime a fait circuler un extrait du sondage sur les réseaux sociaux dès 7h20. Il était aussi en ondes à Radio X dès 7h30 pour discuter du sujet. En fait, dès la veille, le dimanche soir, un membre de l’équipe du PCQ avait laissé entendre sur Twitter qu’un sondage à surveiller s’en venait.

Interrogé à ce sujet jeudi en conférence de presse, Éric Duhaime a reconnu avoir eu accès au sondage « pendant le week-end ». Il a soutenu qu’il s’agissait d’une « histoire anodine ». Il n’a pas expliqué clairement comment il avait obtenu les informations en primeur. Interrogé par Pivot, le PCQ n’a pas voulu offrir davantage de réponse à ce sujet.

Chose certaine, si l’une des deux entreprises derrière le sondage a fourni gratuitement celui-ci au PCQ, il s’agit d’une contribution illégale, selon la Loi électorale. En effet, les entreprises ne peuvent en aucun cas offrir de contribution à un parti politique, qu’il s’agisse d’argent ou alors de services ou de biens gratuits.

Pour le député solidaire Vincent Marissal, l’histoire révèle une inquiétante proximité entre le PCQ et l’industrie fossile :  « Il y a une entreprise privée avec des intérêts pétroliers et gaziers qui tente de s’acheter un parti politique et son chef Éric Duhaime », affirme-t-il. « Malheureusement pour eux, il y a des règles de financement au Québec et elles s’appliquent pour tout le monde y compris M. Duhaime. Se faire payer un sondage sur mesure par une gazière, ça ne respecte pas ces lois. Avec le passé sombre du Québec en matière de financement illégal, on y tient. »

Rappelons que le parti de Duhaime défend les positions de l’industrie fossile en s’opposant à l’interdiction de l’exploitation des hydrocarbures sur le territoire québécois.

Ressources Utica n’a pas répondu à notre demande de réaction. Mainstreet n’a pas souhaité commenter la situation.