Nouvelle

Le gouvernement Legault abandonne la construction de logements sociaux

Un nouveau programme, destiné plutôt aux promoteurs privés, livrera des logements moins abordables, dans plusieurs années.

Tout indique que le gouvernement Legault abandonne le programme AccèsLogis, destiné à la construction de logements sociaux et communautaires. En effet, dans le mini-budget présenté jeudi, aucun nouveau logement n’est annoncé pour ce programme. Le gouvernement financera plutôt un nouveau programme destiné à la construction de logements « abordables » par les promoteurs privés.

En théorie, le nouveau programme sera aussi ouvert logement social. Toutefois, aucune cible n’est donnée et les documents précisent clairement que l’objectif du nouveau programme est « d’augmenter l’offre d’unités abordables sur le marché privé ».  Le ministre des Finances Éric Girard a aussi insisté sur ce point jeudi, en conférence de presse.

« C’est la catastrophe! » s’alarme Véronique Laflamme, porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

« C’est un gros changement de cap. C’est une privatisation des mesures sociales d’aide au logement », critique-t-elle. « On utilise les fonds publics pour financer des promoteurs dont l’objectif est d’empocher des profits. »

De plus, le nouveau programme définit l’abordabilité des logements en fonction du prix des loyers sur le marché dans chaque région, et non en fonction des revenus des ménages. « C’est pour ça que le logement privé « abordable » n’est pas vraiment abordable pour les plus démunis », déplore Véronique Laflamme. Elle explique que le logement social, qui échappe à la spéculation, est la seule manière de garantir que les logements soient vraiment accessibles et le demeurent à long terme.

Vu les délais liés au nouveau programme, le plus gros des nouveaux investissements est reporté à 2024-2025 ou plus tard.

« Dans un contexte de crise, faire attendre les gens comme ça, c’est incompréhensible », s’indigne Véronique Laflamme.

Elle rappelle que de nombreux projets de logements sociaux sont prêts et n’attendaient que de nouveaux investissements dans le programme AccèsLogis. « La chose la plus facile et la plus logique à faire » aurait donc été de consolider le programme déjà existant, affirme-t-elle.

Par le passé, le gouvernement Legault s’était déjà engagé à livrer 15 000 logements sociaux d’ici la fin de son mandat, via le programme AccèsLogis. Rien n’indique que les projets concernés soient abandonnés. Le désinvestissement signifie toutefois qu’aucune somme additionnelle n’est prévue pour accélérer les constructions, alors qu’au moins 7000 logements ne sont toujours pas réalisés.

Le nouveau programme, financé à hauteur de 123,5 millions $ d’ici cinq ans, vise la construction de 2200 logements « abordables » sur cette période. C’est « un objectif limité » selon le Réseau québécois des OSBL d’habitation (RQOH).

Tout comme le FRAPRU, le RQOH dénonce que le gouvernement ait procédé à tous ces changements majeurs « en catimini » et sans consulter les organismes du milieu.

Vous aimez notre contenu? Abonnez-vous à Pivot pour soutenir un média indépendant qui bouleverse le statu quo, suscite le débat et permet à de nouvelles voix de se faire entendre.

Pas prêt·e à vous abonner à Pivot? Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les actualités des luttes et des alternatives.