Photo : André Querry

Coderre veut plus de policiers, plus de caméras et plus de pouvoir pour le chef du SPVM

Le candidat à la mairie de Montréal se plie aux attentes de la Fraternité des policiers, qui défend les intérêts des agents.

Denis Coderre compte embaucher au moins 250 nouveaux policiers s’il est élu maire. Il veut ainsi atteindre le maximum d’agents permis à Montréal par la Loi sur la police, soit environ 4800 policiers. Mais il aimerait aussi s’adresser à Québec pour rehausser ce plafond jusqu’à 5000 agents.

Le chef d’Ensemble Montréal a répété lundi qu’il comptait faire de la « sécurité » sa priorité, tandis qu’il présentait son plan en la matière.

Montréal est déjà la deuxième ville canadienne qui compte le plus de policiers par habitant. L’embauche de 250 constables coûterait à terme plus de 20 millions de dollars à la Ville, en fonction de la convention collective des agents

L’ajout de centaines de policiers répond à une demande de la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM). La Fraternité, qui a pour mission de défendre les intérêts de ses membres, s’est d’ailleurs réjouie des annonces d’Ensemble Montréal.

Par ailleurs, Denis Coderre prévoit créer un nouveau poste de directeur général adjoint à la Ville de Montréal spécialement pour le chef du SPVM. Celui-ci aurait donc une plus grande prise sur les décisions municipales.

Le candidat Coderre envisage aussi d’augmenter le nombre de caméras de surveillance dans la ville, en ciblant en particulier les secteurs « chauds ». Le SPVM a déjà annoncé lundi l’installation de neuf nouvelles caméras dans l’espace public montréalais, notamment dans Saint-Michel et Montréal-Nord.

Finalement, le parti de Coderre compte créer un « fond de contingence » supplémentaire pour le Service de police en cas d’urgence. Ce fond représenterait 5% du budget du SPVM, soit environ 34 millions de dollars.

Le plan d’Ensemble Montréal « mise sur toujours plus de répression », analyse Ted Rutland, professeur à l’Université Concordia et spécialiste des questions policières. « Coderre veut juste ajouter plus de policiers pour résoudre des problèmes beaucoup plus complexes » comme la pauvreté et la violence.

« Denis Coderre veut répondre à la violence avec plus de violence. »

Ted Rutland

Le professeur craint que les policiers et les caméras supplémentaires augmentent le profilage envers certains groupes comme les personnes racisées et itinérantes.

Les « énormes quantités d’argent public » qu’Ensemble Montréal veut donner à la police représentent un gaspillage « absurde », selon Ted Rutland. Il considère que l’investissement dans les services communautaires est la seule vraie solution durable aux problèmes de criminalité.

Plus d'articles

La page a été ajoutée à vos marque-pages.
La page a été supprimée de vos marque-pages.