Image : Division des relations avec les citoyens et des communications de l’arrondissement de Montréal-Nord
Nouvelle

Un plan d’action pour contrer la violence conjugale à Montréal-Nord 

Des organismes communautaires s’allient pour contrer la violence conjugale et dans les relations intimes chez les jeunes. 

· ·

Une coalition de regroupements communautaires s’affaire pour mettre en branle un plan d’action commun contre la violence conjugale à Montréal-Nord. C’est un enjeu de taille dans le quartier qui requiert que tou·tes mettent la main à la pâte, selon les instigateur·trices du projet. 

Depuis près d’un an, la Table femmes Osez au Féminin, la Table Paix et sécurité urbaine et la Table de quartier de Montréal-Nord travaillent d’arrache-pied pour démarrer un plan d’action pour contrer la violence conjugale et la violence dans les relations intimes des jeunes. 

Les taux de violences conjugales y sont près de deux fois plus élevés que la médiane métropolitaine. 

Le plan d’action, qui s’échelonne sur une période de cinq ans, se décline en six axes d’intervention qui regroupent entre autres la prévention, la sensibilisation, le dépistage ou encore les interventions psychosociales, policières et sociojudiciaires. 

Source : Division des relations avec les citoyens et des communications de l’arrondissement de Montréal-Nord

 « La violence, c’est un enjeu de société », affirme Sophie Marcil, adjointe à la direction de la Halte-femmes Montréal-Nord, un centre qui vient en aide aux femmes du quartier depuis 1984 et qui est membre fondateur de la Table femmes Osez au Féminin. 

« Quand on reçoit une femme [qui vit de la violence] et qu’on constate tous les impacts collatéraux que ça amène, pour les enfants, pour ses amis, pour sa famille, c’est majeur », explique-t-elle. 

« C’est pour ça qu’on doit travailler ensemble, pour assurer un filet de sécurité. » 

Ça prend un village 

« Il faut que chaque partenaire, chaque organisation, chaque institution de Montréal-Nord s’approprie le plan, pour qu’on puisse le travailler ensemble », explique Mme Marcil en soulignant l’importance de la collaboration dans la lutte contre la violence conjugale, avec les hôpitaux et les corps de police, par exemple. 

« On travaille tous sur des choses différentes dans notre quotidien, mais là, il faut mettre nos forces en commun »

Spohie Marcil

Elle explique qu’une organisation dont la mission première n’est pas la violence conjugale, a tout de même un rôle à jouer dans sa prévention. « Elle peut dans un premier temps accompagner la femme à venir nous rencontrer et qu’on commence à en parler. » 

« On travaille tous sur des choses différentes dans notre quotidien, mais là, il faut mettre nos forces en commun », affirme-t-elle. C’est l’essence même du plan d’action, dont la nature collective est primordiale à sa réussite selon elle. 

Des consultations sont prévues à cet effet afin de rassembler les différents acteurs concernés et de bien répondre aux besoins de la communauté. 

Cibler les jeunes 

C’est également en s’attaquant à la violence dans les relations intimes des jeunes que les instigateurs du plan d’action espèrent faire la différence. 

« Quand un jeune vit dans un contexte de violence familiale depuis son plus jeune âge, il va banaliser ça, il ne connaît pas d’autre chose », explique Mme Marcil. « C’est là qu’il y a un risque de répéter les patterns […] dans l’adolescence et dans la vie adulte » 

À cet effet, des activités de sensibilisation dans les milieux scolaires, entre autres, sont prévues afin de promouvoir des relations saines et égalitaires auprès des jeunes. 

Recherche de financement 

Si Mme Marcil affirme que la communauté est mobilisée et prête à s’impliquer dans le projet, ce sont les ressources financières qui manquent à l’appel. 

Malgré l’appui de l’arrondissement, le comité de pilotage est actuellement en période de recherche de financement. La prochaine étape, pour laquelle des fonds sont nécessaires, est l’embauche d’un·e coordonnateur·trice.

Vous aimez notre contenu? Abonnez-vous à Pivot pour soutenir un média indépendant qui bouleverse le statu quo, suscite le débat et permet à de nouvelles voix de se faire entendre.

Pas prêt·e à vous abonner à Pivot? Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les actualités des luttes et des alternatives.