Services publics : quand dématérialisation rime avec déshumanisation

Christian Daigle est président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). La liste complète des signataires se trouve en fin de texte.

Demander une aide financière de dernier recours, ce n’est jamais facile : la loi est complexe, les obstacles administratifs sont nombreux, et le jugement social est lourd à porter pour les personnes en situation de pauvreté. Quand, de surcroît, les services publics ne sont plus là pour accueillir, informer et accompagner les personnes dans leurs démarches auprès de l’État, cela devient littéralement le parcours du combattant.

La qualité des services offerts au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) est en dégringolade. Les réformes des dernières années ont fait en sorte de réduire les contacts entre les prestataires et leur agente ou leur agent. Le personnel en place pour offrir des services de proximité dans les bureaux du MTESS a fondu comme neige au soleil. Comme il est généralement impossible pour les citoyennes et les citoyens d’obtenir des réponses à leurs questions sur place, ils doivent obligatoirement passer par le centre d’appels, qui est surchargé.

Le ministère, insensible au phénomène de l’exclusion numérique qui touche un grand nombre de personnes en situation de pauvreté, développe des services en ligne tout en réduisant l’accès aux services en personne. Prochaine étape : les prestataires d’aide sociale n’auront bientôt plus d’agente ou d’agent attitré à leur dossier.

En effet, une transformation « administrative » d’envergure est en préparation. Obsédé par la réduction des effectifs et des coûts, le ministère s’est laissé séduire par une solution technologique qui mise entre autres sur l’automatisation du traitement des dossiers.

À terme, les prestataires et le personnel du MTESS seront traités comme des numéros interchangeables dans un système complètement déshumanisé de « gestion partagée » des dossiers d’aide financière.

Une décision unilatérale

Ni les organismes qui défendent les droits des prestataires ni les fonctionnaires du MTESS n’ont été consultés sur cette réforme importante, pilotée par des développeurs informatiques.

Elle va exactement à l’inverse des besoins et des demandes exprimées sur le terrain en matière d’accès aux services. Dans leur relation avec l’État, les personnes bénéficiaires de l’aide sociale souhaitent avant tout pouvoir parler à l’agent ou l’agente responsable de leur dossier, lui décrire leur situation de vive voix et recevoir de sa part des explications claires.

De leur côté, les agentes et les agents savent très bien que le nouveau mode de fonctionnement risque d’engendrer une multiplication des erreurs dans le traitement des dossiers, comme des expériences ailleurs dans la fonction publique l’ont bien montré.

Des services déshumanisés

La spirale de la déshumanisation des services, nous l’observons depuis des années à l’aide sociale, mais elle risque d’atteindre un sommet inégalé dans les mois à venir avec cette réforme.

Combien de personnes abandonnent leurs démarches en raison des obstacles administratifs, bureaucratiques ou technologiques? Combien se retrouvent dans une situation encore plus précaire ou carrément à la rue faute d’avoir été accueillies et accompagnées avec humanité au sein des services publics? Il est temps que le MTESS retrouve ses repères.

D’une même voix, les agentes et agents d’aide du MTESS, les groupes de défense des droits des personnes assistées sociales et leurs allié(es) dénoncent la déshumanisation des services publics et réclament un changement de cap.

Signataires

Groupes nationaux :

Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)

Collectif pour un Québec sans pauvreté

Front commun des personnes assistées sociales (FCPASQ)

Coalition pour l’accès aux services dans les CLE (CASC)

Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du QC (RGPAQ)

Groupes régionaux de défense des droits:

L.A.S.T.U.S.E. du Saguenay

A.D.D.S. Rive-Sud

L’Action Plus de Sherbrooke

R.S.E. de Victoriaville

Welfare rights Committee (WRC) (Comité des droits sociaux du sud-ouest de Montréal)

Action Populaire des Moulins

Comité des personnes assistées sociales de Pointe-St-Charles (CPAS)

Projet Genèse

Accès Condition de vie Lac-St-Jean

Comité des sans-emploi (CSE)

Action Dignité Lanaudière

Clinique Droits devant

Regroupement Assistées Sociales et assistés Sociaux du Témiscouata (RASST)

Groupe Ressource Plateau Mont-Royal (GRPMR)

BRAS Villeray Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ)

Action populaire Rimouski-Neigette

Allié(es)

Céline Bellot, directrice de l’Observatoire des profilages, Université de Montréal

Véronique Fortin, professeure, faculté de droit, Université de Sherbrooke

Nadia Giguère, chercheure au Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS)

Janie Houle, titulaire de la Chaire de recherche sur la réduction des inégalités sociales de santé, UQAM

Manuel Johnson, avocat

Christopher McAll, professeur de sociologie, Université de Montréal

Yanick Noiseux, chercheur principal du Groupe de recherche interuniversitaire et interdisciplinaire sur l’emploi, la pauvreté et la protection sociale (GIREPS)

Julie Paquette, professeure, École d’éthique, de justice sociale et de service public, Université Saint-Paul

Andréane Sabourin Laflamme, professeure de philosophie au Cégep André-Laurendeau et doctorante au département des sciences juridiques de l’UQAM.

Christian Daigle

Plus d'articles

La page a été ajoutée à vos marque-pages.
La page a été supprimée de vos marque-pages.