Une cliente du Bonhomme à lunettes venue commander sa paire dans l’un des points de service, le Chic Resto Pop à Hochelaga. | Photo : Paola Chapdelaine
Nouvelle

QS abandonne un balado proposant des « idées dangereuses »

L’émission abordait des débats de société ne figurant pas dans la plateforme du parti.

Un balado de discussion politique animé par Gabriel Nadeau-Dubois a été retiré de YouTube et est en voie d’être supprimé des autres plateformes de diffusion. Un choix qui s’expliquerait par le désir de ne pas perdre de temps à défendre des idées qui ne sont pas mises de l’avant par Québec solidaire (QS) durant la campagne.

Lancé en août 2019, le Comité des idées dangereuses était une émission animée par le député de Gouin et porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois. À chaque épisode, il discutait « d’une idée dangereuse, ou pas si dangereuse que ça finalement, ça dépend pour qui ».

De nombreux sujets y ont été abordés : interdire les voitures à essence, nationaliser Internet, transformer Uber en coopérative, rendre le Québec autosuffisant sur le plan alimentaire, rendre gratuits les soins en santé mentale ou encore organiser la décroissance économique. L’émission s’est échelonnée sur quatre saisons. Elle a pris fin en juin 2021.

Dans l’épisode de clôture de l’émission, Gabriel Nadeau-Dubois expliquait que l’idée de ce balado est née du fait qu’il se sentait « à l’étroit dans [son] rôle de politicien ». Il cherchait à transmettre sa passion pour les idées et les discussions politiques. Par le biais du balado, il voulait « montrer que la politique, les enjeux de société, ce n’est pas obligé d’être plate ».

L’entièreté des émissions du balado a été retirée de YouTube. Québec solidaire confirme aussi que les épisodes ne sont plus disponibles sur Apple Podcasts et seront supprimés de Spotify sous peu.

Gabrielle Arguin, attachée de presse du caucus de Québec solidaire, explique que les idées abordées dans l’émission n’étaient pas des propositions de QS. « En campagne, les gens veulent savoir ce que QS propose et le podcast ne répondait pas à ça », dit-elle.

Nous dépendons presque entièrement de lectrices et lecteurs comme vous pour financer notre travail. Vous appréciez nos articles? Pensez à faire un don ou à vous abonner!

Par exemple, un épisode diffusé en avril 2021 posait la question « Et si on désarmait la police? ». Dernièrement, QS a déclaré que le désarmement de la police, bien que faisant partie du programme du parti, ne figurait pas dans sa plateforme électorale et que ce n’était pas un objectif pour un premier mandat.

Par ailleurs, le retrait du balado serait « un enjeu de ressources techniques », affirme aussi l’attachée de presse. « Nous avons été mis devant une décision car le diffuseur nous demandait si nous voulions continuer l’hébergement ou pas », dit-elle. Le balado n’était pas une priorité pour la campagne et la décision a été prise de le retirer et de mettre les ressources du parti ailleurs.

Une peau de banane plus facile à contrôler

« Les solidaires ont dû faire une analyse coût-bénéfice par rapport au contrôle du message, et là, ils ont deux choix : soit ils gardent la série, soit ils l’enlèvent », analyse quant à elle Justine Lalande, doctorante en communication sociale et publique à l’UQAM.

Elle remarque que si QS avait pris la décision de garder l’émission, le parti « s’exposait à des reprises de clips et à perdre un temps précieux à défendre des idées qu’ils ne proposent pas, mais dont Gabriel Nadeau-Dubois a dit qu’elles valaient la peine d’être réfléchies ». « Je suis convaincue qu’ils n’avaient pas le temps de réécouter le balado, de voir venir les controverses, de préparer des messages », déclare Justine Lalande. Pendant ce temps, le parti ne parlerait pas de son programme.

Le format long du balado « permet la nuance, la délibération », ajoute la membre du Groupe de recherche en communication politique. Par contre, durant une campagne électorale, « c’est la course aux clips », explique-t-elle. « C’est un contexte qui ne permet pas du tout la nuance. »

« Paradoxalement, c’est ce que les gens demandent. Ils veulent avoir de vrais débats, une vraie délibération par rapport à des enjeux de société », dit-elle. « Mais le risque est tellement grand qu’on va enlever les formats qui le permettent. C’est effectivement malheureux. »

En décidant de retirer les épisodes, Québec solidaire doit maintenant répondre à une autre question, mais pour laquelle il est plus facile d’avoir un message de prêt. « Une journée, deux journées, tu es en “damage control”. C’est tellement rapide une campagne électorale, que demain, on n’en parlera plus. »

Correction : L’article a été modifié pour préciser que le diffuseur avait demandé à QS s’il voulait poursuivre ou non l’hébergement du balado. (31-08-2022)

Recevez l’essentiel de l’actualité progressiste, chaque semaine, directement dans vos courriels.
Je m’abonne à l’infolettre!