Opinions

Elle est où, la gauche québécoise? La loi 96 et l’héritage du printemps érable

LETTRE | L’adoption de la loi 96 sur la langue française constitue une attaque contre plusieurs droits fondamentaux. En soutenant cette dérive populiste, une certaine gauche québécoise trahit ses idéaux.

Peut-on être “libéral” et un criminel de guerre en même temps?

CHRONIQUE | Le sentier de l’extrême centre mène vers un enfer pavé de bonnes intentions.

Le hockey : un sport inclusif, vraiment?

CHRONIQUE | Si le sport est une façon d’intégrer la culture québécoise, les derniers constats sur la culture du hockey ne peuvent que nous inquiéter.

Pourquoi les médias sont-ils obsédés par la finance personnelle ?

LETTRE D'OPINION | Alors que le beat travail cadrait les conflits ou les relations industrielles comme un enjeu collectif au milieu du 20e siècle, le beat finance personnelle tente au contraire de cadrer les luttes comme des risques inutiles qui « prennent en otage » les consommateurs dépolitisés. 

Le képi du général de Gaulle (et le projet de loi 96)

Le projet de loi 96, en particulier les dispositifs qui limitent la langue de communication entre les individus et l’État, risque de fragiliser le contrat moral que s’est donnée la société québécoise : celui d’accompagner, dans un esprit de réciprocité, l’accueil et l’intégration des personnes immigrantes, réfugiées et demandeuses d’asile.

1